• slidebg1
    Les ateliers de Canal 93
    Musiques actuelles & multimédia
    Préinscriptions en cours
  • slidebg1
    Sam 30 juin
    OAM – Objets Autonomes Manipulables

TheWebTape rencontre Electro Deluxe

Nous les avions découverts il y a quelques années avec une formation exclusivement instrumentale. Les membres du groupe Electro Deluxe sont revenus plus en forme que jamais avec une nouvelle formule où se mêlent à des cuivres toujours aussi énergiques, la voix groovy de James Copley.

Nous avons eu la chance de les rencontrer avant leur passage sur la scène de La Nouvelle Vague (Saint-Malo) et on vous dit tout de cette entrevue.

Thomas (saxophone), Jérémie (basse), James (chant).

 

TWT : Comme à notre habitude, nous aimerions savoir si vous avez une anecdote sympa à nous partager à propos d’une cassette audio ?

Thomas : Je me souviens que lorsque j’étais plus jeune j’avais l’habitude d’enregistrer les morceaux qui me plaisaient sur les cassettes de mes parents. Sauf qu’une fois, j’ai enregistré un son par-dessus une chanson de Jacques Brel. Je me souviens bien de la tête de mère…

 

TWT : A l’instar du vinyle, pensez-vous que la cassette puisse revenir à la mode ?

Thomas : Je ne pense pas car les appareils n’existent plus.

Jérémie : Le problème surtout c’est que ça s’use vraiment. J’ai ressorti mes vieilles cassettes pour les faire écouter à mon fils mais les bandes sons étaient inaudibles. Par contre les vinyles se conservent bien.

James : Vous vous souvenez des cassettes 8-track ?

Jérémie : Oui, mais personne n’a ça ?

James : Si, moi j’en ai eu ! (rires) J’ai même fait des mix tapes avec ce genre de cassettes. Quand le walkman est sorti, c’était une vraie révolution de pouvoir marcher ou courir tout en écoutant sa musique.

 

TWT : Vous avez rempli l’Olympia il y a quelques jours. Comment c’était ?


(James renverse son verre d’eau)

James : Eh bien, voilà, c’était émouvant ! (fou rire général)

Thomas : C’était notre premier Olympia avec Electro Deluxe. On a réalisé ce qu’il se passait seulement dix minutes avant de monter sur scène. C’est vraiment symbolique de jouer dans cette salle ; ça représente quelque chose de fort dans l’imaginaire des gens.

Jérémie : On était très émus et ce fut une belle fête. Le public était là, c’était complet, ça sauté de partout.

James : Il y a avait quelque chose d’intime dans ce concert. J’ai vu le bonheur dans les yeux de nos proches et amis qui semblaient vraiment fiers de nous.

Jérémie : Il y a des jours comme ce lui-là où tout s’aligne. Tu fais l’Olympia avec la musique qui est la tienne, avec tes amis qui t’entourent (ndlr : Le groupe avait invité C2C et Beat Assaillant sur scène). Tu te rends compte qu’il y a plein de gens qui te suivent et c’est vraiment un grand moment.

 

TWT : Dans quelle autre salle prestigieuse aimeriez-vous jouer ?

Jérémie : Après l’Olympia, la salle que les gens préfèrent en général c’est le Trianon.

James : On rêve tous de se produire dans une belle salle aux USA. Pour moi car je suis américain mais aussi car cette musique vient de là-bas.

Jérémie : On n’a jamais joué aux USA. C’est assez dur de tourner à l’étranger. On n’a eu un succès assez inattendu en Turquie mais sinon notre développement à l’étranger est difficile. Aux USA, personne ne nous connait, il va falloir que l’on reprenne tout de zéro.

Thomas : Là-bas, on est considérés comme des débutants.

 

TWT : Votre groupe est né il y a plus de 13 ans. Comment est-ce que vous qualifier son évolution ?

Thomas : Notre musique a pas mal évoluée, cela s’entend dans nos disques. Il faut dire que la musique que l’on écoute aujourd’hui est très différente de celle de nos débuts. Notre musique a évoluée avec nous et avec les gens qui nous ont rejoints comme James qui est arrivé avec une couleur très marquée. Notre évolution a été naturelle.

TWT : Votre nom met en avant le mot « Electro » et pourtant vous conservez dans votre musique des sons instrumentaux et puristes.

Jérémie : Effectivement la base de notre musique c’est les instruments et c’est en contradiction avec notre nom. C’est dû à l’évolution du groupe. Avant les sons électroniques représentaient un instrument supplémentaire. Déjà à l’époque ce n’était pas la base de nos morceaux et ça l’est encore plus maintenant car il n’y en a plus.

 

TWT : James, c’est toi qui écris les paroles de chaque morceau que les musiciens te proposent. Y a-t-il un thème que tu n’as encore jamais abordé et qui te tient à cœur ?

James : Il y en a plein.

Thomas : Cela dépend de la musique qu’on lui propose, cela peut l’influencer dans l’écriture des paroles. Tu pourrais peut-être parler de la circoncision ?

James : Oui, et le prochain album s’appellera « Cut » ! (rires) Il n’y avait pas beaucoup de textes avant « Home » (sorti en 2013) donc il nous reste encore pas mal de sujets à aborder.

 

TWT : De nouveaux projets à venir ?

Thomas : Il va falloir que l’on s’y mette ! En 2015, on va commencer à composer un nouvel album.

James : Moi je pense que ça va être un album d’amour car comme je vais me marier en septembre je risque de ne parler que d’amour et de sexe.

 

TWT : Vous avez collaboré avec Hocus Pocus, C2C, Nina Attal, Ben l’Oncle Soul et Beat Assaillant. On a vraiment le sentiment que vous fonctionnez comme une famille. Vous avez des projets ensemble ?

Thomas : Pas des projets de disques mais on s’invite souvent sur scène les uns les autres. C’est une famille musicale car on a les mêmes goûts. Je ne pense pas que ces collaborations sont à mettre sur un disque. Il faut que ça reste unique pour ceux qui viennent assister à nos concerts.

James : On sert un peu d’entremetteurs aussi. Par exemple, Beat Assaillant a invité Nina Attal à jouer avec lui lors de son concert à la Gaité Lyrique le 26 novembre prochain.

Thomas : Je pense que le public est très en demande de cela car il suit les musiciens d’un projet à un autre.

James : Normalement 20Syl va mixer à mon mariage. Enfin, il faut que je lui demande (rires)

Thomas : Je pense que tu danseras plus si c’est Greem. En plus avec 20Syl il va y avoir que des barbus (rires)

 

TWT : A quoi doit-on s’attendre ce soir ?

Thomas : C’est une surprise… Mais tu vas forcément adorer !

 

 

Et effectivement, nous avons adoré ! On vous conseille donc vivement d’aller swinguer avec eux le 29 mai prochain à Canal 93 !

Voir aussi :