• slidebg1
    Les ateliers de Canal 93
    Musiques actuelles & multimédia
    Préinscriptions en cours
  • slidebg1
    Sam 30 juin
    OAM – Objets Autonomes Manipulables

 

 Activistes. Mot d’ordre du week-end à Canal 93, SMAC située à Bobigny. Hosté par Lion Scott, l’évènement organisé par l’agence ESPRIM ne se résume pas qu’à ce mot et tend à démontrer qu’en 2015 toutes les disciplines du hip hop persistent et signent. 

Acte 1.

Samedi, 10h, les gars d’Hiphopement Parlant, venus d’Orléans finissent d’installer leur stand pendant que l’association Musique de Chambre (anciennement Travail au Noir) pose son studio ambulant. Rappeurs et tourneurs, graffeurs et graphistes … Tous se préparent à exposer leur parcours et leur progression dans la culture hip hop.

 

Oumse Dia, rappeur de Lyon m’explique qu’il essaye de monter régulièrement sur la Capitale pour « faire de la com’», démarcher des contacts et des personnes qui pourraient lui permettre d’avancer dans son travail. Un travail déjà bien avancé puisqu’il se concrétise par un récent album « Viens faire un tour ».

Apkass, lui, présente son livre - disque sorti le 18 février dernier Mais il arrive que la nuit tombe à l’improviste*. Pluridisciplinaire et expression plastique de Paris à Kinshasa, si son album oscille entre soul/afro beat/reggae/hip hop … dans le livre c’est l’image qui prolonge le son : « Les images sont mentales. C’est la personne qui écoute l’album qui se représente les lieux dans lesquels l’histoire se déroule. Dans le livre, il y a le visuel par les peintures très fortes mais ce ne sont pas des illustrations du texte, elles ont pour but d’ouvrir d’autres interprétations. C’est ça le principe ».

 
Mais il arrive que la nuit tombe à l’improviste d’Apkass peinture de Bruce Clarke

Au tour de la marque de vêtements Hood Pride de montrer qu’elle brasse tous les éléments de la culture hip hop : son boss a commencé par le graff pour évoluer vers le graphisme. En plus de gérer sa marque, il est à l’initiative d’un festival hip hop sur Dunkerque (ville dont il est originaire).

 

Acte 2.

Dimanche, en faisant le tour des exposants, on finit par se dire que le salon est aussi un agitateur de talents. Il y a Databastardz, qui propose une infographie du rap, C2H qui programme des artistes hip hop du côté de Nevers, tout ce monde parmi les peintures criantes d’Anthony Lemer  …

Entre deux battles de popping et de house,  les showcases des exposants ont permis de confirmer leur implication dans leur discipline. Sur les deux journées, tous, aux côtés d’autres artistes venus de toute l’île de France (Tino, Tonio, Pikatch…) se sont pliés au jeu de scène d’un court instant. Même chose pour la présence remarquée de Médouze aux côtés de Dee Nasty.

Autre battle, celui de quatre graffeurs devant Canal 93. Celui-ci, initié par la marque Holdupwear, nous rappelle que la discipline reste plus que jamais intègre et bien loin des cercles de ventes aux enchères.  Le traditionnel passage de mic clôture le salon. Djette S’One et le beatmaker Orkim piègent les rappeurs avec leurs sélections.  

 

Dimanche, 20h, fin de l’acte. Et comme une sensation que le hip hop a amené, amène et amènera vers une création artistique perpétuelle riche de sens.

 

 

Mylène Mauricrace, bénévole à Canal 93.
Chroniqueuse à LFM Radio,  ConcertLive, Soundcultur'ALL

 

Photos et vidéos du salon et de #THH2015  sur

Voir aussi :